Hum, que faire après un 20 kilomètres ? Une semaine de récupération ? Mouahahaha ! Ce serait bien vite oublier l’échéance, la seule, la vraie. Le Marathon des Alpes Maritimes, c'est dans moins d'un mois coco. Alors au boulot.
Je proposais "semaine de la mort" comme titre, mais comme me l'a fait remarquer Eric : Une semaine structurante. Une semaine charnière. Mais pas de charnier prévu. Ça reste à démontrer.

Lundi : Repos. Bin oui quand même un peu.

Mardi : 30 minutes d'échauffement très progressif. Puis une belle séance de 3 x 3000m de 4'20 à 4'10 au kilomètre, ça décrasse. on finit comme d’habitude par 15 minutes de retour au calme. Je paye un peu la fatigue du week-end, pic de cardio à 93%. Total : 1h28, 18 kilomètres.

Mercredi : Repos

Jeudi :The big séance ! Echauffement de 30 minutes, puis, ouille, 2 fois 10 x 500m, de 4' à 3'40 au kilomètre (soit, avec les récups en courant, 16km d'effort) et 15 minutes de retour au calme. La séance a été très dure, les 3/4 dernières répétitions faite uniquement au mental, avec des récupérations en mode tenter de rester debout; les dernières séances ont fait monter le palpitant dans ses derniers retranchements, à 95% FCM. J'ai fini par deux tours pieds nus pour récupérer et baisser le cardio, avant de rentrer tranquillement. Au final, une séance qui te met vraiment la tête dedans et permet de se mettre vraiment minable. il parait que ça construit aussi le mental :-) Total : 1h51, 22 kilomètres.
S5 E2

Vendredi : Repos. Ouf.

Samedi : Footing en mode tranquille. 75% max. TRès sage, 1h20 pour 14.5 kilomètres. J'en suis ressorti ressourcé.

Dimanche : Désolé, pas de photo ! La préparation, c’est physique, bien sûr : monter en volume, gagner en vitesse, connaître ses limites. Mais le travail mental, franchement, c’est le pire.
6h30 : Sonnerie du réveil. Tout le monde dort. Il fait nuit. Tu sais que tu dois partir pour 2h30 de course, dont 1h30 à l'allure marathon, ça va faire mal. Puis il bruine. Et t'as pas envie, t'sais ? Bref.
Tu mets une basket dehors. Il pleuviote. A Peine. Un k-way, ce sera quand même bien non ? Bah, non, la flemme de remonter, puis ça va se lever c'est iPhone qui l'a dit. 15 minutes de course tranquille pour se dérouiller. Ça se lève pas, là ? Ni le temps, ni le jour. Il fait toujours nuit et il pleut de plus en plus.
C'est parti pour 30 minutes à allure marathon. Il tombe des cordes. Ça glisse. C’est plein de boue. Y'a pas un chat dans le bois de Boulogne. Qu'est-ce-que je fous là, bordel ? En plus y'a une côte, le cardio s'emballe à 88%. Merde, je cours trop vite. Pas bon ça. on se calme et on redescend à la bonne allure. Ca va mieux. Première récupération, 5' tranquille. Quelques coureurs commencent à arriver, des courageux qui ont osé braver le temps. Enfin, ils sont pas stupides, eux, ils ont pris des vestes de pluie.
Deuxième série, c'est nettement mieux. Il tombe toujours des trombes d'eau, mais le moral est bon : Je tiens mon allure marathon (et même un chouilla plus vite), je maîtrise mon cardio, j'ai un mental de champion, je vais pulvériser ce marathon. récup, 5'.
Merde ! Il en reste une. Et là, la pluie se déchaîne comme jamais. je cherche plus ou moins l'abri des arbres mais au prix d'un terrain franchement boueux. J'ai pas signé pour un trail moi ! Et ça fait presque 2 heures que je cours, y'en a marre. Faut que ça cesse. Ça finit par cesser. le cardio est resté sage, l'allure excellente. Haha ! Le moral remonte. D'ailleurs, pour le cool down, la pluie s’arrête. Il est 9h45. Passage par la boulangerie, ramener les croissants pour tout le monde. Et se sécher et se reposer enfin.

Bilan semaine 5

Bilan : Une belle semaine de récupération quand même. 85 kilomètres pour 7h d'entrainement, allure moyenne de 5.02 minutes au kilomètre. J'ai fini la séance la plus longue du plan. La semaine la plus dure. J'en ai bavé, c’est clair. Ça tire dans les mollets et les quadriceps lundi matin. Mais je sens que j'ai passé le bon cap. Je suis en forme, j'ai accumulé les bornes, il me reste 3 semaines pour répéter l'allure et garder le cap. Marathon 06, à nous deux !