Ti-Tom, Yet Another Running Guy

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 25 septembre 2015

Test du sac à dos Karkoa 25

Bon, disclaimer :  je ne suis pas un grand fan des tests de produits, en général. 
Que je vous explique : Quand j'ai besoin d'un produit spécifique, je me renseigne pendant environ 8 mois. Je n'achète que quand je suis quasiment sur de moi. Je ne change que très peu de marque, j'utilise les T-shirts accumulés lors des courses, et mes seuls investissements réguliers sont sur les chaussures, pour lesquelles je suis d'un conservatisme presque absolu. Du coup, j'estime avoir peu à apporter par des tests, et d'ailleurs je ne sais pas par quel bout les attraper. pour moi, un produit doit se faire "oublier" au profit de sa fonction. 
Néanmoins, à toute règle son exception, je peux parfois me laisser convaincre de tester des trucs. Ce dont je. 


Je suis un utilisateur satisfait et heureux du sac à dos Karkoa 40. J'ai été, chose très rare, un early adopter, car je cherchais depuis longtemps un sac capable de m'accompagner sur une journée de travail, avec un séance de sport le midi. Mon équation est très simple : Je trimbale pour le boulot un petit laptop, un cahier et quelque stylos. Je pense en cela être dans la norme. 
J'ai la chance d'avoir des équipements pour faire du sport, à savoir, principalement, une douche, ce qui m'évite de me faire détester par mes collègues au retour d'une séance de piste (OK, la serviette qui sèche dans le bureau, c'est pas cool, mais toujours moins pire que le mec qui se douchera demain). Il me faut donc transporter presque au quotidien : Quelques affaires professionnelles, un peu d'eau, une paire de running (qui puent magnifiques), un short, un t-shirt, des chaussettes (propres, le matin, moins le soir), un serviette (mmm, l'odeur de la serviette mouillée quand tu prends ton carnet en réunion), du gel douche (la classe, quand ça coule sur ton cahier), un déo (je me demande encore pourquoi, je sens la rose après une séance, selon mes proches). Plus le bordel habituel  : Clés, porte-feuille, papiers, navigo, barrette à cheveux de mes filles, compote à moitié finie, caillou-trop-beau-blanc-gris-qui-brille-pour-ma-collection, etc. 

Avant, j'utilisais donc un sac de sport + une sacoche de boulot. Çà rendait le service, mais j'étais chargé comme un bourricot dans le RER. puis impossible de se déplacer en vélo ainsi. Puis les chaussures humides sur les affaires propres, bof. Puis stocker sa chemise pour la réunion-trop-méga-importante-de-juste-apres-le-sport au milieu, au choix, du gel douche mal refermé ou bien des dossiers-top-importants, c'était pas top. J'ai donc acheté, dès sa sortie ou presque, le sac sus-cité. Et je l'utilise depuis près d'un an avec un grand plaisir. Mais. Il est vraiment trop gros. Pour une journée de boulot, tu as l'impression de partir en rando dans l’Himalaya.
Donc, quand Karkoa a annoncé son modèle 25 et fait savoir qu'ils cherchaient des testeurs, j'ai candidaté. Et depuis le 15 juillet, j'ai donc eu le plaisir d'emmener mon Karkoa 25 : En corse en vacances, à Toulon, à la montagne, 2 mois au boulot sur une prépa Paris-Versailles, en vélo, dans inénarrable RER C. Et la mon test va être très simple : Il est presque parfait. 


Contenance : Je peux y caler mes affaires de boulot, de sport, une petite bouteille, et tout mon bazar. les chaussures, bien à l'écart dans leur compartiment dédié, et bien qu'en 43 fillette, y rentrent parfaitement. Le midi, je peux sereinement y caler ma chemise propre et mes chaussures de villes durant l'effort. En réunion, je n'ai pas honte de l'ouvrir pour prendre mon cahier, les affaires de sport étant bien cloisonnées dans leur sac dédié, le cahier retenu par le petit filet immédiatement accessible. Petit bémol, j'aurais apprécié un compartiment séparé, comme sur le 40, pour les pochettes ou le laptop. Mais ce serait au prix de l’encombrement. Le compromis est idéal.

Qualité : Génial. Les fermetures ne bronchent pas, même en légère surcharge. Le sac, bien qu'avec un indéniable côté sport, fait très pro, bien fini. Les pochettes sont super pratiques, dont une étanche pour les gels douche, déo, parfum, EPO, etc.
Taille : Idéale, le sac se porte sur le dos et se fait oublier, dans les transports comme à vélo. 

Confort : Bien qu'évacuant correctement la transpiration, et disposant de bretelles confortables, ce n'est cependant pas un sac de rando. Je l'ai porté sur des marches d'une journée sans trop de soucis, mais dès qu'il est chargé il se fait sentir. On a donc affaire à un sac plutôt urbain et à utiliser de manière pas trop prolongée. Ce qui répond parfaitement à son cahier des charges. 
En synthèse : Un sac très agréable à utiliser, qui réconcilie avec le sport en journée. Un vrai achat à conseiller. Si le karkoa 40 est à réserver aux utilisateurs intensifs qui ne craignent pas d'afficher qu'ils font du psort, le modèle 25 litres est beaucoup plus discret et utilisable au quotidien, même si on ne fait pas de sport ;-)
Quelques photos perso pour une idée de l'utilisation :


jeudi 5 décembre 2013

Test - Tee-shirt Damart Thermolactyl® Evolution

Et voila donc mon premier "test" de produit, comme les grands. Franchement, je n'aurais pas imaginé que ce serait un Damart :-) 
En guise de préambule, ce billet n'est pas sponsorisé, néanmoins j'ai gagné ce T-shirt par tirage au sort et ne l'ai donc pas acheté.

Je suis un coureur du genre frileux, j'ai tendance à empiler les couches de vêtements pour mes sorties hivernales. Je ne souffre pas particulièrement du froid, mais si je m’entraîne trop découvert, je ne me sens pas bien quand arrivent les beaux jours. Aussi, gagner ce T-Shirt au début de l'hiver était une sacrée aubaine. 

J'ai pu le tester sur 3 sorties, une fois "tout seul" et deux fois avec une simple veste en coton par dessus. Et première bonne nouvelle, malgré les basses températures de cette fin d'automne, je n'ai pas eu froid. Je dois donc dire que le contrat est rempli pour Damart, une seule couche est suffisante, même à 2-3 degrés, pour un confort thermique en course à pieds. Bien sur, il faudra se couvrir dès l'arrêt de l'effort !

Autre très bon côté, le Tshirt est très respirant, et évacue parfaitement la transpiration, même porté sous une veste. On passe donc toute sa course dans de bonnes conditions, même sur une séance intense et relativement longue.

Je pourrais donc presque faire de ce TShirt une élément de base de ma tenue hivernale. Sauf que. Il a des coutures plutôt épaisses, notamment, sous les bras, et qui créent pour moi un frottement assez désagréable, ce qui ne le rend à mes yeux pas utilisable dès que l'on dépasse l'heure de course. Evidemment, c'est un modèle qui n'est pas spécifiquement prévu pour la course à pieds, c'est donc assez logique. Un parcours rapide sur le site de Damart laisse d'ailleurs apercevoir des TShirts sans couture probablement plus confortables pour les longues sorties. Aussi, pour ma part, je réserverais ce TShirt aux basses températures et sorties courtes. 

Synthèse : 

Les +
  • Chaud !
  • Bonne évacuation de la transpiration
A améliorer : 
  • Coutures qui peuvent s'avérer gênantes lors des sorties longues.

vendredi 25 octobre 2013

Geekeries... Quel matériel pour suivre et gérer mes entrainement ?

Voici un billet pour inaugurer la section "Matériel".
Franchement, je suis un peu geek sur les bords, j'adore avoir du matériel électronique sympa. Mais soyons clair d'emblée, tous ces trucs restent un plaisir qui accompagne la course et en aucun cas des outils nécessaires à un bon entrainement. Avant donc d'entrer dans le détail de ce que j'utilise je voudrais indiquer le matériel que j'estime vraiment nécessaire pour suivre un plan de préparation, pour un marathon par exemple.

  • Une montre. Mieux, un chronomètre qui compte les tours.
  • Une piste de longueur connue. Le plus simple, et le plus répandu, une piste de 400m (Attention aux contrefaçons de 350m, hein Emile Anthoine ?)

C'est tout.

On peut utilement ajouter un cardio-fréquencemètre, pour ne pas se mettre dans le rouge et contrôler que les allures sont adaptées.

Evidemment, en geek qui se respecte, je n'utilise pas que ça pour mes entraînements. Voici donc le détail et l'historique de mon équipement.

J'ai commencé par courir uniquement avec des applications. En effet, le raisonnement était le suivant : J'ai déjà acheté un iPhone, je cours avec pour écouter la musique (et avoir un téléphone en cas de pépin), donc pourquoi racheter une montre si je peux tout faire avec ?
Il existe sur l'App Store (et je pense que c'est pareil sur l'Android Market) des dizaines d'applications de running. J'ai commencé pour ma part avec Runtastic. L'interface était très sympa, en français, l'application faisait de jolies cartes et permettait de retrouver toutes ses courses sur le site internet.
Pour retrouver mes information de cardio sur l'iphone, j'ai acquis un petit jouet qui permet à l'iPhone de recevoir des informations d'équipements ANT+ : la Wahoo Key. Avec ce truc, tout matériel ANT+ se retrouve utilisable sur l'iPhone. J'ai ajouté la ceinture ANT+ cardio de chez décathlon, et me voila équipé, pour un investissement plutôt raisonable, de l'équivalent des meilleurs montres GPS du marché.

Mais assez vite un gros manque s'est fait sentir : Pour faire des fractionnés à une allure donnée, la précision du GPS n'est absolument pas suffisante. De plus, dans ces conditions l'utilisation de l'iPhone n'est vraiment pas idéale (difficile de lire l'écran en courant, pas simple d'appuyer sur les boutons pour changer de tour etc.). J'ai donc décidé de réinvestir dans une montre. Délaissant les montres GPS pour les raisons précéndentes, j'ai acquis la toute simple mais très pratique Geonaute OnMiles 500.. Vendue avec un footpod qui permet de mesurer la vitesse, la cadence, et la distance, de plus compatible avec la ceinture que j'avais déjà. Cerise sur le gâteau, le signal émis par la ceinture et le footpod peut être capté en même temps par la montre et par l'iPhone. Il est très facile de programmer les fractionnés sur la montre, de travailler ee se concentrant uniquement sur les tours. Pendant ce temps, l'application enregistre tout pour analyse ultérieure. Petit bémol, j'ai du changer d'application : En effet, Runtastic, pour des raisons qui me semblent incompréhensibles, se concentre sur les fonctionnalités "réseau sociaux" et laisse de côté la gestion des équipements. De ce fait, le footpod n’est pas compatible et prive l'utilisateur d'informations essentielles. Je suis donc passé sur l'application iSMoothRun qui est parfaitement compatible, et qui permet d'exporter sur différents sites, dont la référence Garmin connect et le plus fun Nike+.
Synthèse de mon équipement pendant des années :

  • Capteurs : Footpod + ceinture cardio ANT+
  • Montre Cardio OnMiles 500
  • iSmoothRun sur iPhone, connecté grâce à la clé Wahoo
  • Analyse sur Garmin Connect
  • Partage pour le fun sur Nike+

ceinturecardio.jpg footpod.jpg ismoothrun.jpg

Tout ceci allait bien, mais j'ai fini par changer mon iPhone contre un récent 5S. Et là ce fut le drame : Connectique différente, donc plus de clé Wahoo. l'iPhone comme les autres marques misent sur le bluetooth smart pour la connexion sans fil. Sauf que moi je n'avais pas trop envie de changer tous mes capteurs éprouvés, ni ma montre. J'ai donc découvert, dans un recoin du web, un produit miracle : la ceinture viiiiva. Et là je me dis : "Pourquoi personne d'autre n'y a pensé, et pourquoi ne se vend-elle pas en France ?" Cette ceinture communique indifféremment en ANT+ et en Bluetooth SMART, ce qui est déjà cool, mais elle fait encore mieux : Elle relaye les capteurs ANT+ vers les récepteurs bluetooth et réciproquement. Je l'ai donc acquise (aux USA directement, malheureusement), à un prix plutôt abordable (79$ quand même). Et miraculeusement, mon footpod et ma ceinture communiquent à la fois vers ma montre et vers iSmoothRun. Happy le Ti_Tom ! Je ferais prochainement un descriptif complet de la bête.
viiiiva.jpg

Pour être complet, une promo super récente m'a fait craquer sur la montre Suunto Ambit, qui est vraiment sympa à porter tous les jours, gère mes capteurs ANT+, et est Trail-ready ce qui m'ira bien pour mes prochaines aventures. Elle a donc remplacé à mon poignet la OnMiles. Seul reproche : la gestion des fractionnés est très compliquée. Dommage. C'est d'ailleurs un fait que je ne m'explique pas : Sorti de Polar et Garmin, tous les constructeurs semblent se désintéresser des coureurs qui veulent faire des fractionnés précis. dommage, car cette fonctionnalité ne me semble pas très complexe à intégrer et est extrêmement pratique, comme sur la décathlon d'entrée de gamme qui fait ça très bien.